Skip to main content
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par VINCI Autoroutes et ses partenaires afin d’améliorer votre navigation, permettre de réaliser des statistiques de visites et disposer de services et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Breadcrumb

Interview métier : l’assistant gestion patrimoine

Publié le - Mis à jour le 06 mars 2020

Aménagement du territoire

Bruno, pouvez-vous nous expliquer votre métier ?  

L’assistant gestion patrimoine – communément dénommé AGP - a pour mission principale la gestion de l’entretien courant et des travaux sur une portion d’autoroute variant de 70 à 100 km. Les domaines d’intervention sont variés : l’hydraulique, les ponts, les chaussées, la signalisation ou encore les bâtiments. 

Mes missions au quotidien en tant qu’AGP sont diversifiées, et consistent notamment à : 

  • Assurer la surveillance des ouvrages de génie civil (ponts, bassins, ouvrages hydrauliques) par des visites d’inspection (diagnostic visuel) et rédaction de procès-verbaux ; 
  • Déterminer les besoins en matière de travaux sur des infrastructures du réseau ; 
  • Élaborer les budgets nécessaires à l’entretien courant, et piloter la consultation des entreprises ; 
  • Organiser la réalisation des chantiers et superviser les travaux sur le plan technique, administratif et financier ; 
  • Contrôler le respect des règles de sécurité et des procédures VINCI Autoroutes sur les chantiers et assurer la réception des travaux ; 
  • Assurer les relations avec les administrations et les riverains de l’autoroute ; 
  • Préparer le planning annuel d’intervention et piloter les ajustements nécessaires tout au long de l’année ; 
  • Tracer et compiler l’historique des ouvrages. 

Le métier d’assistant gestion patrimoine nécessite une grande maîtrise des règlementations, un suivi opérationnel de qualité et une parfaite connaissance du réseau autoroutier. 

Pouvez-vous décrire vos principaux champs d’intervention sur le chantier de création de l’échangeur de l’Huisne sarthoise ? 

Sur ce chantier, j’assure l’interface entre le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre pour la partie exploitation, en liaison étroite avec l’adjoint chef de district et les superviseurs viabilité.

Ce rôle transverse se concrétise par une réunion mensuelle au cours de laquelle sont abordées les questions techniques liés au chantier, les observations sur les travaux menés, les demandes de l’exploitant pour la gestion future de l’infrastructure. 

Je réalise également des visites régulières sur le chantier pour m’assurer du bon respect des règles de sécurité et gérer l’interface avec les superviseurs viabilité pour les balisages nécessaires au chantier. En effet, ce chantier se déroule avec le maintien de la circulation sur l’autoroute et nécessite donc des modifications des conditions de circulation en fonction des différentes phases de travaux.

Enfin, sur le volet administratif, je pilote également les mises à jour du Dossier d’Exploitation Sous Chantier (DESC) afin de demander les arrêtés nécessaires pour les mesures d’exploitation spéciales pour la construction du pont.

Comment organisez-vous vos fonctions au quotidien ? 

Entre la gestion des demandes urgentes, les réclamations des riverains, le suivi des chantiers, les interventions de réparation après accident, mais aussi la gestion administrative, la préparation des réunions des chantiers, le métier d’assistant gestion patrimoine exige une grande rigueur au quotidien. 

L’organisation et la planification des tâches sont essentielles pour assurer semaine après semaine l’ensemble des missions, qui peuvent pour certaines être parfois assez chronophages. 

Quel est votre parcours professionnel ? 

Après un bac techniques administratives, je commence ma carrière professionnelle comme agent de sécurité. 

C’est en 1990 que je rejoins VINCI Autoroutes réseau Cofiroute, et occupe durant 15 années, différentes fonctions au sein de l’exploitation, au centre de La Ferté-Bernard, puis au sein de la direction régionale Pays de la Loire. 

En 2005, je deviens AGP, d’abord au centre d’exploitation de Maresché puis ensuite à la Ferté-Bernard. Une prise de fonction qui s’est accompagnée de plusieurs parcours de formation interne en génie civil pour appréhender avec précision les spécificités liées à ce métier, et notamment les mesures nécessaires à l’inspection et la surveillance des ouvrages (ponts, bassins, ouvrages hydrauliques et chaussées). 

Quel aspect de votre métier vous plaît-il le plus ? 

Pour n’en retenir que quelques-uns, je dirais que les aspects les plus intéressants du métier d’assistant gestion patrimoine sont la diversité des sujets traités au quotidien et l’autonomie dans l’exercice de mes fonctions.  

L’aspect opérationnel, c’est-à-dire les visites d’inspection sur les ouvrages, le contact avec les entreprises de travaux et les visites de chantier sont toujours des moments d’échanges et d’apprentissages enrichissants. 

Chaque ouvrage, chaque chantier a ses spécificités, c’est ce qui rend le métier d’assistant gestion patrimoine passionnant.