Skip to main content
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par VINCI Autoroutes et ses partenaires afin d’améliorer votre navigation, permettre de réaliser des statistiques de visites et disposer de services et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Breadcrumb

Focus environnement sur le chantier de création de l’échangeur de l’Huisne sarthoise

Publié le -

Aménagement du territoire / Environnement

Le projet d’aménagement de l’échangeur a été conçu pour s’intégrer au mieux dans le paysage et minimiser son impact sur l’environnement. À ce titre, des études ont été menées en amont de la phase de travaux, en concertation avec les collectivités locales, pour mettre en place diverses mesures répondant à la politique ERC (Éviter, Réduire, Compenser). 

Retour en détails sur deux mesures prises à cet effet : 

Reboiser et planter des haies bocagères

La construction de l’échangeur de l’Huisne sarthoise a été réalisée sur une surface initialement boisée. Pour compenser la perte de cette surface, VINCI Autoroutes s’est engagé avec le groupement forestier du domaine de Luart et des Loges, à la plantation d’un boisement de 4,5ha sur la commune de Bouër à environ 10km à l’est du projet. Le boisement a été effectué fin 2013, avec une densité de plants deux fois plus importante que celle des parcelles déboisées.

Par ailleurs, VINCI Autoroutes s’est engagé auprès des communes de Connerré et de Cherreau à aménager des haies bocagères, favorables à la reproduction de la faune. La commune de Connerré accueillera prochainement 730m de haies bocagères et la commune de Cherreau en accueillera 900m. Ces mesures ont été étudiées et seront réalisées avec le conseil d’un écologue.

La fabrication des enrobés à partir de matériaux recyclés

Indispensable à la création des chaussées de l’échangeur, l’enrobé représente une ressource importante dans le cadre du chantier. 

Pour accompagner la transition vers l’autoroute bas carbone, VINCI Autoroutes s’engage à réduire son empreinte environnementale. Ainsi, 30 % des matériaux issus du rabotage d’anciennes chaussées, sont recyclés et réintroduits dans la fabrication du nouvel enrobé, qui sera posé sur les bretelles de l’échangeur. Les différentes couches de la nouvelle chaussée sont constituées en partie de ces granulats recyclés.